A la Une
Accueil / Actualités / Actualité / Projets de développement collinaire : La synergie FONIC-MINEAGRIE fonctionne dès le départ

Projets de développement collinaire : La synergie FONIC-MINEAGRIE fonctionne dès le départ

Dans le cadre de suivi des projets de développement collinaire, et dans la mise en œuvre des recommandations issues de la réunion tenue par le Ministre de l’Environnement, Agriculture et Elevage, une équipe mixte FONIC-MINEAGRIE, composée respectivement du Directeur des Opérations (DOP) du FONIC, Madame Jeanne d’Arc NZOHABONAYO et d’un Conseiller du Directeur Général de l’Agriculture, Monsieur Jean-Claude s’est rendu en Province RUMONGE, commune BURAMBI ce mardi, 12 novembre 2019,  pour un travail d’appui-conseil à l’endroit des représentants des coopératives collinaires.

Accueillis par l’administrateur communal dans son bureau et après une brève présentation de l’équipe, le DOP a indiqué l’objet de cette mission visant une harmonisation de stratégie pour une bonne gestion des fonds alloués aux coopératives collinaires.

Rencontre avec les représentants des coopératives

Après un bref échange avec l’administrateur communal sur l’état des lieux, l’équipe a été invitée à rencontrer les représentants des coopératives collinaires regroupés dans une des salles de réunions communales. La commune BURAMBI comptant vingt et un (21) collines au total, dix-neuf (19) représentants des coopératives avaient répondus présents.

Dans son mot d’ouverture, l’Administrateur communal a souhaité la bienvenue à tout un chacun et a invité le DOP du FONIC à prendre la parole. Divers points relatifs aux projets de développement collinaires ont été abordés, entre autres :

  • La disponibilité des fonds sur les comptes des coopératives : A ce sujet, le DOP a demandé aux représentants des coopératives si tous ont pu vérifier le solde des comptes de leurs coopératives respectives. La réponse a été positive et ils ont tous attestés de la disponibilité d’un montant de dix millions sur ces comptes.

Elle a par la suite insisté sur le fait que le retrait sera conditionné par une autorisation de l’administrateur communal, « l’œil du gouvernement en commune BURAMBI », sur base d’un procès-verbal de l’assemblée générale ayant statué sur le cas.

Elle a signalé que l’administrateur communal dispose des prérogatives pour mettre un coup d’arrêt aux activités d’une coopérative en cas de mauvaise gestion de cette dernière.

  • Le délai de remboursement : Le DOP du FONIC a indiqué, avec un accent particulier, que ces fonds alloués aux coopératives ne constituent pas un don, mais plutôt un prêt remboursable sur un délai maximum de deux ans. D’où un appel à viser la rentabilité et l’efficience quant à l’utilisation de ces fonds.
  • Rappel de certains documents nécessaires lors de l’utilisation de ces fonds, comme le bon de commande, le procès-verbal de réception, les factures, etc…

Le représentant du Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’élevage; un conseiller auprès du Directeur Général de l’Environnement, Agriculture et Elevage, a quant à lui fait une intervention aux allures d’une session technique par rapport aux projets à mettre en œuvre par ces coopératives.

Après avoir constaté que toutes les coopératives ont mis en avant des projets d’élevage comme principal activité, il a insisté sur trois points :

  • La nécessité de disponibiliser un terrain pour une étable et des terres destinée à la culture du tripsacum pour abriter et  nourrir le bétail dans la mesure où il est strictement interdit de faire paitre le bétail.
  • L’approvisionnement en médicaments et autres fournitures à partir des agents agréés par le ministère ayant l’agriculture et l’élevage dans ses attributions. Ceci comptant aussi pour les semences sélectionnées.
  • Faire appel aux différents agents qualifiés de la localité

Préoccupations des participants

Les représentants des coopératives ont exprimé diverses préoccupations et ces dernières sont relatives :

  • Au prolongement des délais de remboursement
  • Au risque des aléas climatiques pour les projets agricoles, entrainant par la suite l’échec du projet et par conséquent l’incapacité de remboursement
  • Au destinataire de différents rapports
  • A la disponibilité des semences sélectionnées et des médicaments à un prix officiel

A ces préoccupations, les animateurs de la réunion ont fourni des éclaircissements à la satisfaction des participants. De façon complémentaire, il a été signifié aux participants que :

  • Deux ans comme délai de remboursement sont largement suffisant au regard des délais nécessaires pour obtenir des résultats de divers projets.
  • Il ne faudrait pas partir du principe qu’il y aura des aléas de nature à compromettre les différents projets mais qu’il faudrait être positif et surtout respecter les diverses saisons culturales et consulter les techniciens agricoles se trouvant à leur portée.
  • Le premier destinataire de rapport est l’administrateur communal, tout en copiant le FONIC et le MINEAGRIE
  • Les semences sélectionnées doivent provenir des agents agréés par le MINEAGRIE et que bientôt une liste des prix officiels sera à la disposition des coopératives.

Après les réactions aux interventions des participants, l’administrateur communal a pris la parole pour clôturer la réunion et a réitéré ses remerciements à l’endroit du FONIC et du MINEAGRIE pour cette séance « venue à point nommé ».

La réunion a été clôturée par une prière.    

                                            

à propos Admin

Essayer aussi

Vers le lancement du projet sucure livelihoods en commune Busoni, province Kirundo.

De gauche à droite: Le responsable du service renforcement des capacités au FONIC, spécialiste du …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!